binocle c’est…

binocle est un billectif de designers en communication visuelle. Cette facétieuse terminologie, outre le sujet de conversation qu’elle offre dans les réunions mondaines, permet de définir de façon aussi ludique que raffinée que nous utilisons deux cerveaux et quatre mains pour réaliser des projets de toutes sortes ayant un rapport à l’image.

Si nous avouons une tendre inclination pour la création de logos et la conception de publications en tous genres, nos centres d’intérêt sont aussi larges que nous le permettent nos champs de compétences cumulés, et englobent aussi bien la conception de sites internet que la signalétique ou l’expographie.

Nous revendiquons volontiers une certaine approche “artisanale” du design, un amour et une fierté du travail bien-fait, un savoir-faire aussi bien conceptuel que technique nous permettant de justifier nos choix esthétiques et de construire avec nos clients une image qui leur corresponde.

christine keim

Dans une vie précédente, Christine était une pétillante institutrice et apprenait aux enfants plein de choses intéressantes et utiles; puis, au bout de 10 ans, elle a eu envie de nouveaux défis, et elle est devenue une designer en communication visuelle, toujours aussi pétillante.

A la suite de sa seconde formation à la Haute Ecole d’Art et de Design de Genève, elle y reste et travaille trois ans dans le département de recherche et développement, où elle confectionne méticuleusement les publications des projets de recherche et apprend à gérer des mandats imposants.

Mais comme dans le fond elle aime autant le design que l’enseignement, elle s’est dit qu’elle allait concilier les deux et enseigne donc désormais à mi-temps le graphisme à la HEAD et au CFPAA, et développe de jolis projets pour binocle le reste du temps.

Christine aime la photo, les beaux livres pour adultes et pour enfants, les films d’auteur intimistes et les énormes blockbusters.

olivier murith

Olivier voulait être peintre, alors après ses études classiques latin-grec, il s’est logiquement dirigé vers les Beaux-Arts; mais comme apprendre à faire des monochromes et des installations en fil de fer ne le motivait pas plus que ça, il en est très vite parti pour se diriger vers la section communication visuelle de la Haute Ecole d’Art et de Design, où il s’est rendu compte que dessiner des logos l’intéressait plus que de croquer des natures mortes.

Après deux années très intéressantes à l’agence >moser, où il s’est frotté au vrai monde, il s’est dit qu’il aimait mieux travailler tard le soir que tôt le matin, le dimanche plutôt que le lundi et avec Christine plutôt que sans.

Olivier aime la typographie, les livres en général, avec un faible pour ceux de Larcenet et de Pratchett, dormir à la belle étoile dans un hamac, et concocter de succulents petits plats.